Entre Jean (prénom d’emprunt) et la police de Jemeppe-sur-Sambre, ce n’est pas le grand amour. En novembre 2017, lui et sa compagne étaient suspectés de maltraitance infantile. Lors de la visite de la police, les noms d’oiseaux furent nombreux. Rebelote en 2019. Dans le même contexte, les deux mêmes agents en ont à nouveau pris pour leur grade. Par la suite, Jean a même été plus loin en utilisant le nom de l’un des policiers et sa fonction pour justifier une absence dans le cadre d’un intérim.

Constitués parties civiles, les policiers outragés réclament 250 euros chacun. Le parquet requiert 3 mois de prison et 200 euros d’amende.

Jugement le 15 mars.