En 2015, la Province de Namur a mandaté le BEP afin de réaliser une étude visant à imaginer des équipements touristiques en lien avec la voie d’eau et le RAVeL, de manière à renforcer l’attractivité de la Sambre et de la Meuse dans dix communes de la province, parmi lesquelles, Jemeppe-sur-Sambre.

Le site initialement choisi, route de Ham, à proximité du pont de Ham-sur-Sambre avait néanmoins fait apparaître plusieurs menaces aux yeux du Collège, avec, notamment, un dénivelé très important entre la Sambre et la route pour accéder au parc. En outre, des travaux très coûteux auraient dû être entrepris au niveau du nivellement des terres pour rendre le projet viable à cet endroit.

Un enjeu important dans la mesure où l’enveloppe initiale du projet est estimée à 1.153.000€ dont environ 250.000€ sont financés par la Commune et plus de 800.000€ par le CGT (Commissariat général au Tourisme).

Le Collège communal a donc, en décembre dernier, proposé un endroit plus propice à la réalisation de ce projet important et présentant de meilleures opportunités: le terrain entre la « vieille » et la « nouvelle » Sambre, toujours à Ham-sur-Sambre. Celui-ci est plus facile d’accès et les entrées peuvent s’y faire via le RAVeL ou via les rues de Praules et Longwez. La topographie y est aussi plus avantageuse car le site y est majoritairement plat et, dans ce sens, il sera plus accessible aux personnes à mobilité réduite, enfants, et aînés.

C’est dans cette optique des représentants du Bep et du Commissariat général au Tourisme (CGT), se sont déplacés sur le site, mardi après-midi, accompagnés par des représentants du Collège communal. Une visite qui a convaincu, tant le Bep que le CGT, de suivre le Collège communal. "Le fait que le feu soit vert pour le Bep et le CGT, c’est très important", se réjouit l’échevin Jean-Luc Evrard. "Il fallait l’approbation du CGT par rapport au changement de site. Je suis de Ham-sur-Sambre et donc, lorsque Pierre Collard Bovy, échevin en charge du développement touristique, est venu me trouver à ce titre, nous avons cherché un endroit qui collait à la philosophie du projet. C’est comme ça que nous sommes venus vers la Noue de Ham-sur-Sambre. C’est un projet très important pour la commune de Jemeppe-sur-Sambre et encore plus pour le village de Ham. Et c’est une superbe mise en valeur de la Noue."

Tous les feux sont donc bien au vert, d’autant que le SPW, propriétaire du terrain, a également donné son accord sur l’occupation de celui-ci. Le DNF (Département de la Nature et des Forêts) est également favorable au projet. Détail non négligeable : si le coût de cet avenant est de 30.000 euros, les aménagements sur le site de la Noue de Ham seront beaucoup moins élevés que ce qui était prévu sur le site initial, selon les représentants du Bep sur place.

L’avenant étant approuvé par le Conseil communal, une réunion sur site avec les différents acteurs est désormais planifiée pour le début du mois d’avril prochain afin de définir le périmètre et les enjeux de l’occupation touristique.

Un changement qui assure une meilleure appropriation du projet par les citoyens, qui permet de remettre en avant notre patrimoine historique et qui devrait être source d’économies pour les autorités subsidiantes : bref, un changement judicieux, selon les édiles communaux jemeppois.