La tension est vive au sein du groupe Gesves en Mieux (GEM). José Paulet, fondateur de celui-ci, vient d'adresser un communiqué à la presse dans lequel il évoque une situation véritablement explosive.

"Depuis 2018, malgré la perte du maïorat, mon activité n’a que très peu diminué tant je suis interpellé par des citoyens déçus par la majorité en place. Malheureusement, le travail n’est pas toujours récompensé et depuis plusieurs semaines, dans mon dos, les conseillers du groupe GEM ont préparé mon éviction, m’obligeant à faire un pas de côté pour l’intérêt calculé de certains. Je le regrette sincèrement. De plus, depuis la tentative de putsch organisée par certains, de nombreux membres adhérents et sympathisants du groupe GEM m’ont témoigné leur soutien ainsi que leur refus de rejoindre cette majorité au Conseil mais minorité au sein de notre groupe. Il est important de noter que l’ensemble des Conseillers de l’aide sociale du groupe GEM ont signé un document me confirmant leur soutien également et finalement, que la Conseillère communale Annick Sanzot a décidé de me soutenir et de me rejoindre sur les bancs de l’opposition. En septembre 2020, j’ai également tenté d’intervenir pour l’amélioration de l’ambiance de notre groupe tant certains se tiraient dans les pattes au lieu de se serrer les coudes.Dés lors, il n’était pas possible pour moi d’accepter de signer quelconque forme de démission ou de mise en veille et surtout pas lorsque la demande vient des membres d’un groupe que j’ai créé et pour lequel j’ai tout donné."

Les choses semblent se précipiter : "Malgré tout, ce mercredi, ou lors du prochain Conseil communal, je serai certainement éjecté du groupe GEM par ceux qui ont été mes colistiers en 2018. Cela est écœurant mais bien réel. Je n’ai cependant pas l’intention d’en démissionner étant donné que j’ai créé ce groupe, son nom, son logo et que j’en ai écrit l’histoire avec d’autres depuis sa naissance. Pour ces différentes raisons, je demande donc à mes amis d’hier, une minute de courage politique, s’ils en sont capables, et tous de démissionner du groupe GEM et de siéger en tant qu’indépendants. Ils auront alors tout le loisir de recréer un groupe qui leur convient et qui leur ressemble mais je suis déjà certains que les gesvoises et gesvois qui nous ont fait confiance en 2018 ne seront pas dupes lorsqu’ils devront à nouveau choisir leurs représentants."