Namur

A Namur, une auberge espagnole vous attend avec des prises de parole (notamment de Christine Mahy) et des activités attendent le grand public

Dans le cadre de la Journée Mondiale de lutte contre la pauvreté se tient ce jeudi mati au Delta (Maison de la Culture) un pôle de discussion-débat-spectacle autour de l'emploi, du travail. "A quelles conditions l'emploi permet de sortir de la pauvreté?" à partir de la parole des populations concernées : de 9h30 à 12h. "Experts du vécu ou facilitateur/trice.s en prévention des inégalités... nouveaux métiers ? " de 10h à 12h

Une grande manifestatiopartira à 13h du Forum de l’UNamur, rue Grandgagnage, pour arriver sur la Place d’Armes où des prises de parole (notamment de Christine Mahy) et une grande auberge espagnole, ainsi que toutes les activités de la Foire de l’Agir attendent le grand public

L'après-midi, un atelier avec Migrations Libres, "Faut-il ouvrir les frontières aux (seuls) migrants qui peuvent apporter un gain à notre économie ?", se déroulera de 15h00 à 17h00 au Point Culture du Delta (sur réservation) avant le spectacle "Lutte des classes" de 17 à 19h Et le final en beauté avec la Grande Parade des Lanternes dans le quartier de Bomel. Rendez-vous à 19h30 dans la cours de l’ITN (Rue Asty-Moulin, 60). Fin de l’événement à 21h30.

Les chiffres de la pauvreté son alarmants, comme le montrait encore une étude d'Eurostat en début de semaine.

En 2018, 109,2 millions de personnes, soit 21,7% de la population de l'Union européenne (UE), étaient menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale, indiquent des chiffres dévoilés mercredi par Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne, à la veille de la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. La tendance est à la baisse, précise encore Eurostat. Être menacé de pauvreté ou d'exclusion sociale signifie que ces personnes étaient affectées par au moins une des trois conditions suivantes: être en risque de pauvreté après transferts sociaux (pauvreté monétaire), en situation de privation matérielle sévère ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail.

Après trois années consécutives de hausse entre 2009 et 2012 pour atteindre près de 25%, la proportion de personnes menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'UE a depuis continuellement baissé pour s'établir à 21,7% l'an dernier. En Belgique, ce pourcentage a baissé d'un point de pour cent en 10 ans, passant de 20,8% à 19,8% de personnes menacées de pauvreté ou d'exclusion sociale. La réduction du nombre de personnes confrontées dans l'UE au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale est l'un des objectifs clés de la stratégie Europe 2020.