Ils volaient tout et n’importe quoi, ou presque. Trois prévenus accusés d’avoir participé à ce qui a été considéré comme une épidémie de vols dans des camions sur les aires d’autoroute comparaissaient le 10 septembre devant le tribunal correctionnel de Namur. Entre eux, l’ambiance ne semblait pas être au beau fixe : ils s’accusaient mutuellement et se menacent.

Les faits évoqués se sont déroulés durant le dernier trimestre de l’année 2019 sur des aires d’autoroute comme celles de Fernelmont, Aische-en-Refail, Hulplanche ou de Daussoulx.

Les auteurs, qui agissaient en général à 6, pénétraient dans des camions au hasard pour en dérober le contenu, qu’ils chargeaient ensuite dans des véhicules, dont certains avaient été volés. Ont notamment été dérobés : des vêtements, des chaussures, du chocolat, des décodeurs, du maquillage, des langes, des carafes à eau,… La liste du produit de ces larcins s’étale sur près de 4 pages. Le butin était ensuite revendu, notamment dans des magasins bruxellois.

Le ministère public, estimant que les prévenus formaient une association de malfaiteurs, avait requis 8 ans de prison pour chacun d’entre eux.

Le conseil du premier prévenu plaidait l’acquittement pour les faits de vol et demandait que les faits de recel avoués par son client soient reconnus comme faisant partie d’une même unité d’intention que ceux pour lesquels il a été récemment condamné par une autre juridiction. Les avocats des deux autres prévenus plaidaient l’acquittement pour les faits de vol, faute de preuves apportées par le ministère public. Pour les faits de recel, l’un plaidait une peine de travail et l’autre la suspension simple du prononcé de la condamnation, tout en précisan: "Mon client a effectué un an de détention préventive, mais il n’y a pas de preuve qu’il soit impliqué dans ces vols. Pas de témoins ou d’images de vidéosurveillance. On ne précise pas quels vols lui sont attribués." Un autre avocat s’exprimait : "On a filmé mon client porter des caisses la nuit, est-ce que celui suffit pour le rendre coupable ? Il reconnaît avoir transporté des caisses mais il ne savait pas ce qu’elles contenaient."

Le jugement a été rendu ce vendredi. Les 3 hommes ont été condamnés à 7, 6 et 4 ans de prison ferme. Une arrestation immédiate a été prononcée pour celui condamné à 4 ans de prison, les deux autres se trouvant, pour l'un sous mandat d'arrêt et pour l'autre en détention préventive avec port du bracelet électronique.