Namur

Deux personnes ont été condamnées, mercredi, par le tribunal correctionnel de Dinant, à des peines de sept ans de prison ferme pour l'incendie d'une habitation, située rue de la station à Houyet, la nuit 7 au 8 février 2017.

 Une troisième personne a écopé d'une peine de cinq ans avec sursis probatoire. L'une des deux personnes les plus lourdement condamnées est le propriétaire de l'habitation et l'instigateur de l'incendie, l'autre est celle qui a bouté le feu. Le prévenu ayant bénéficié du sursis est le père de l'exécutant, dont le rôle a principalement été de servir d'intermédiaire entre les deux autres.

La nuit des faits, une ancienne boulangerie inoccupée depuis plusieurs années a été la proie des flammes. Un chien a marqué un arrêt à six endroits différents tandis qu'un bidon d'huile a été retrouvé dans l'habitation. Les auteurs ont voulu faire croire à une effraction suivie d'un incendie mais ils ont oublié la clé de l'habitation sur la porte d'entrée, surpris par la vitesse de propagation des flammes.

Les enquêteurs ont ainsi été orientés vers l'entourage du propriétaire, d'autant plus que la zone de police Haute-Meuse avait déjà déjà informée deux ans plus tôt qu'un projet d'incendie volontaire concernait cette habitation.

L'objectif du propriétaire était de toucher l'argent de l'assurance incendie, soit 384.000 euros. Car son ancienne boulangerie, en vente depuis plusieurs années, ne trouvait pas acquéreur au prix demandé. Un compromis venait d'être signé pour 88.000 euros alors qu'il en espérait 300.000. L'exécutant et son père devaient quant à eux toucher quelques milliers d'euros.

Dans son jugement, le tribunal a notamment tenu compte du rôle de chacun mais aussi de l'irresponsabilité dont les prévenus ont fait preuve puisque les maisons voisines de cet immeuble contigu étaient habitées.