L'Aérodrome de Namur, situé à Temploux, a inauguré jeudi ses nouvelles infrastructures en présence de plusieurs personnalités du monde politique. En quatre ans, douze millions d'euros ont été investis afin de faire du lieu un pôle d'activité économique lié à l'aviation unique en Wallonie. Pour se développer, l'entreprise privée administrée par Benjamin de Broqueville a essentiellement fait appel à des sociétés wallonnes. La piste a été stabilisée et recouverte de macadam par Wanty (Binche) et les pompes à essence ont été installées par Full Services (Thuin). Le nouveau bâtiment d'accueil a lui été conçu par Bee Architect (Namur). On trouve désormais aussi à l'aérodrome de nouveaux parkings, des salles de huit à 300 personnes, des bureaux hyper-équipés, une brasserie ou encore un restaurant tout neufs, sans oublier un rooftop avec vue sur les pistes. Les toitures des hangars ont également été rénovées, tout comme la tour de contrôle.

Le souhait de Benjamin de Broqueville et de son équipe est de renforcer la position du site en tant que berceau de l'industrie aéronautique wallonne. Sonaca Aircraft a donné le ton en s'y implantant en 2018. Désormais, de nombreuses autres entreprises ont également investi les lieux comme Espace Drone, Stemme Belgium, Stratos Solutions, H3 Solutions, Best in Sky ou Aero Motion.

L'Aérodrome de Namur souhaite dorénavant aussi se positionner sur le plan événementiel. Un treuil capable de lancer un planeur à 400 mètres de haut en 35 secondes a été acheté. Une journée incentive peut donc à la fois réunir drone, hélicoptère et planeur. Un atout de taille qui devrait aussi permettre d'attirer davantage le grand public et en particulier les amateurs d'aviation.

Actuellement, quelque 120 personnes travaillent sur le site. L'objectif de la direction est d'arriver à 200 personnes à l'horizon 2023 ou 2024.