Namur L’œuvre d'art construite en bord de E411 à Rochefort doit être inaugurée ce mercredi soir.

Voila plusieurs mois que l'on parle de l'Arc Majeur, œuvre d'art en acier construite sur le bord de la E411 à hauteur de Rochefort. Ce mercredi, cette sculpture de 200 tonnes a officiellement été présentée. L'inauguration est prévue en ce début de soirée. « C'est une œuvre entièrement réalisée par les ouvriers de la Fondation John Cockerill. C'est le totem de la Wallonie, voire de la Belgique », explique Bernard Serin, président de la Fondation John Cockeril.

Initialement prévue pour être installée en bord d'autoroute A6 en dessous de Paris, l’œuvre a finalement trouvé sa place à Rochefort « On a eu une série de réunions et il a fallu abandonner le projet trois fois pour des raisons diverses, deux fois en Bourgogne et une fois en Moselle. Près d'Auxerre, certains voulaient par exemple le peindre en rouge vif. A Metz, on ne comprenait pas pourquoi on installerait une œuvre financée par une Fondation belge », explique son créateur Bernard Venet.

C'est finalement au début des années 2000 que Bernard Serin et Bernard Venet se sont rencontrés pour la première fois et ont été amenés à se revoir à plusieurs reprises pour d'autres choses mais avec l'Arc Majeur en filigrane de leurs échanges. C'est 2016, en compagnie de représentants de la Région wallonne que la décision de construire l’œuvre en Belgique a été prise.

Une œuvre composée d'un grand arc (60 m) scindé en trois caissons de 20m de long et d'un petit arc d’un seul caisson de 20m. « Vu la dimension des caissons et de leur géométrie particulière, des chariots de soudage en procédé semi-automatique ont été utilisés. Quatre soudeurs et trois monteurs se sont relayés durant plusieurs mois, pour un total de plus de 6.500h, pour réaliser l’œuvre. On a dû manier la technique à l'esthétique. Aucune soudure ne devait être visible. On a terrassé 1 .000m³ de roches et construit une galerie technique visitable pour contrôler les encrages et les changer si nécessaire », explique t-on à la Fondation John Cockerill. L'oeuvre est désormais terminée. On regrettera néanmoins le peu de visibilité du petit arc.

© Belga