Depuis plus d'un an, l'entreprise Franki, en retard de deux ans sur le calendrier initial, refuse les invitations à parler aux Namurois et à la presse. Elle a boudé l'inauguration informelle.

La passerelle cylopiétonne est prête avec deux ans de retard sur le calendrier initial. La faillite d’un sous-traitant puis des retards en cascade... Le maître d’ouvrage Franki s’est expliqué sur ces différents retards jusqu’au début 2019. Depuis un an, l’entrepreneur est aux abonnés absents lors de chaque rencontre avec les Namurois (séances publiques d’information semestrielles) ou avec la presse.


Ce vendredi, des représentants avaient été invités pour parler de ce qu’ils ont construit, mais ont préféré décliner. Ce qui n’est pas habituel lorsqu’on vient de terminer de la belle ouvrage. Interrogé, le SPW précise que les pénalités ont été appliquées, à savoir que les montants prévus à cet effet dans le contrat ont été déduits des paiements effectués par la région wallonne. A cet égard, l’entreprise ne semble pas aux abonnés absents puisqu’elle essaie de négocier le montant de ces pénalités avec l’autorité régionale qui ne semble pas encline à les laisser tomber...


La construction de la passerelle aura coûté 6,2 millions d'euros, principalement à charge de la région wallonne qui a bébéficié de Fonds européens FEDER. La ville de Namur participait à hauteur de 5% de ce montant. La région wallonne a en outre déboursé quelque 2,4 millions d'euros pour les expropriations qui ont eu lieu côté Jambes.