Alex, son assassin, écope de 25 ans.

Le corps sans vie de Dorothée Silien est retrouvé à Anseremme, sous un pont, le 19 janvier 2012 dans l’après-midi. En réalité, le corps de la jeune fille (26 ans) a été déplacé par son ex-compagnon. Jacobs reconnaît les faits et est placé en détention préventive le 21 janvier 2012.

Le procès qui a débuté lundi vient de se terminer ce vendredi. Alexander a été reconnu coupable d’avoir, à Wellin, la nuit du 18 au 19 janvier 2012, volontairement et avec l’intention de donner la mort, commis un homicide sur la personne de Dorothée Silien. La préméditation a bien été retenue. Par contre, la provocation a été écartée !

Les jurés sont entrés en délibération vers 10 h et ont rendu leur jugement peu avant 19 h. Les excuses de l’accusé, prononcées juste avant que le jury ne délibère, n’ont pas réussi à émouvoir ni le tribunal, ni la famille de Dorothée.

Lorsque Mme l’Avocate Générale a dû requérir pour la peine, elle a reconnu qu’elle avait une tâche ardue : punir pour des faits très graves, assurer la protection de la société mais aussi rendre le sens civique à l’accusé !

La victime était une jeune fille simple et naturelle qui ne supportait pas de faire de la peine aux autres et qui privilégiait le bonheur de ses animaux avant le sien. Son meurtre a été violent : elle a reçu beaucoup de coups et son agonie a duré plusieurs minutes. Sa mort dramatique a plongé sa famille dans une profonde tristesse. Son assassin est un impulsif narcissique qui affiche un profond mépris pour les autres. Pour elle : "25 ans et justice sera faite !".

Me De Quevy croyait avec certitude à la provocation. Son client est récupérable et n’a pas sa place en prison. Une peine entre 10 et 15 ans serait plus acceptable. Me Amrani rappelle qu’une épouse et une fille attendent Alex. Son client est un travailleur. Il aime les animaux et est bien noté en prison. 20 ans lui semble un maximum. Après délibération, le jury tranche : ce sera 25 ans !