Georges (prénom d’emprunt), était comptable dans la région d’Ohey. "Etait" car il a depuis été radié de l’ordre des experts-comptables. Le prévenu n’était pas présent pour se défendre ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Namur.

C’est suite à des plaintes de plusieurs de ses travailleurs au sujet de faits commis en 2018 et 2019, que le pot aux roses a été découvert. Certains n’étaient pas déclarés ou pas complètement afin que le prévenu paie moins de cotisations, des documents étaient manipulés, et les salaires n’étaient pas payés comme convenu. Un des travailleurs a été déclaré comme étudiant alors qu’il était sous Contrat à Durée Indéterminée. Deux autres ont été renseignés comme ayant pris un congé sans solde, alors qu’ils travaillaient bien à mi-temps. 4 travailleurs n’ont pas perçu de rémunérations pendant des périodes de plus de 2 mois, certains comptes individuels étaient incomplets ou inexacts. Le prévenu a également omis de remettre des documents relatifs au chômage de ses employés, notamment un C4.

De plus, il lui est reproché de ne pas avoir collaboré avec les inspecteurs de l’ONEM. "Leurs pratiques sont celles d’un gang et de la mafia et pas celles d’une organisation fédérale", aurait-il déclaré, quand des saisies lui ont été annoncées.

L’auditorat du travail réclame une peine de prison de 6 mois avec sursis et une amende de 2000 euros à majorer des décimes additionnels. Un des travailleurs, constitué partie civile contre son ancien employeur, réclame un euro à titre provisionnel sur un dommage estimé à près de 17.000 euros.

Jugement le 27 octobre

JVE