Menés par le professeur André Füzfa, trois scientifiques de l’Institut des Systèmes Complexes de l’UNamur (Naxys), viennent de publier de nouveaux outils pour mettre au point des voiliers solaires fendant l’espace à une vitesse proche de celle de la lumière. Leurs résultats donnent les conditions de faisabilité des voyages interstellaires. Leur découverte, qui s’inscrit dans une approche révolutionnaire de l’exploration spatiale, vient d’être publiée dans la prestigieuse revue Physical Review Research. Ces travaux seront expliqués lors d’une conférence grand public virtuelle, organisée dans le cadre de la Nuit des chercheurs, le 26 novembre prochain.

Une conférence virtuelle sur la recherche spatiale

Le voyage spatial et la recherche spatiale seront par ailleurs mis à l’honneur à l’UNamur, à l’occasion de la Nuit européenne des Chercheurs. Née d’une initiative de la Commission Européenne, cet événement vise à rapprocher les chercheurs du grand public, à mettre en valeur la diversité de la science et son impact sur la vie quotidienne des citoyens, et stimuler l’intérêt pour les carrières de recherche, en particulier chez les jeunes. A l’UNamur, l’évènement emmènera le visiteur dans les étoiles. Au programme notamment,une visite virtuelle de l’Observatoire Astronomique Antoine Thomas de l’UNamur, du contenu ludique et pédagogique pour les jeunes et les moins jeunes et des capsules vidéos pour découvrir le métier de chercheur. Mais aussi : une conférence en ligne ligne « Tête dans les étoiles et les pieds sur Terre : quels sont les (dés)avantages de la recherche spatiale? ». Elle se déroulera le jeudi 26 novembre à 19h30, et le Professeur Füzfa y interviendra.