Son objectif : participer à la prise de décision et maintenir l’indépendance de ses rédactions

La coopérative Notre Avenir, une initiative du personnel des Editions de l’Avenir, a lancé officiellement ce vendredi un appel public à la souscription. Son objectif est de réunir, idéalement d’ici le mois de février, au moins un million d’euros. On apprenait en effet officiellement début septembre par le président du CA de Nethys que les Editions de l’Avenir allaient être vendues, théoriquement d’ici le printemps prochain. Par ailleurs, dans sa déclaration de politique générale, le nouveau gouvernement wallon demandait à Nethys d’impliquer le personnel dans l’actionnariat des Editions.

"Le modèle coopératif prend sa place dans le monde réinventé de l’entreprise, nous avons choisi d’y avoir recours il y a environ un an", explique Patrick Lemaire, journaliste et figurant parmi les membres fondateurs de la structure. "Cette coopérative n’est pas un putsch et ne traduit pas une volonté de devenir propriétaire majoritaire du journal. Nous voulons par contre prendre une part importante dans les décisions stratégiques en obtenant un ou plusieurs sièges au conseil d’administration et être un partenaire incontournable sur certains points. Nous voulons assurer l’ancrage local de nos éditions, créer et animer une communauté de lecteurs. Mais aussi défendre l’indépendance rédactionnelle et le pluralisme des médias."

Concrètement, l’influence que la coopérative aura vis-à-vis des autres actionnaires dépendra du montant récolté. Le million d’euros, un objectif réaliste selon les chevilles ouvrières du projet, est donc visé, "afin d’avoir un poids permettant de peser dans l’actionnariat et lors des discussions du pacte d’actionnaires."

La coopérative Notre Avenir se constituera de 6 collèges (fondateurs, personnel des Editions de L’Avenir, lecteurs, investisseurs privés, investisseurs publics et journalistes et experts médias) et se composera de 9 administrateurs. Une personne représentera une voix, quelle que soit la part financière de chacun. Les coopérateurs pourront acquérir une ou plusieurs parts, selon les collèges. Ils seront invités aux assemblées générales de la coopérative et pourront s’investir activement dans le projet, avec leurs compétences. A titre d’exemple, les lecteurs pourront acquérir entre une part (50€) et 99 parts.

Infos : www.notreavenir.coop