Depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs actions sont mises en place par les autorités communales, outre l’envoi fin mars d’un convoi à la frontière polonaise avec plusieurs véhicules et des m3 de matériel, 

La Ville de Namur et le CPAS ont notamment créé une cellule Ukraine à la Maison des Citoyens, pour l’ensemble des démarches administratives à réaliser : l'accompagnement par le CPAS pour le volet « logement » d’une part, pour le volet « aides sociales » d’autre part, l'accueil de nombreux enfants dans des écoles namuroises (tous réseaux confondus). Plus de 350 personnes ont ainsi déjà été accueillies à la Maison des Citoyens. Près de 130 personnes bénéficient de l’octroi d’aides financières (équivalent au revenu d’intégration) via le CPAS.

Ces aides apportées par la Ville et le CPAS restent bien entendu en place malgré la fermeture du centre d’hébergement de Tabora. L’accompagnement individuel par le personnel du CPAS se poursuit également, notamment pour les questions relatives aux logements (qu’ils soient chez l’habitant ou dans le parc locatif) et se poursuivra jusqu’à ce que cela soit nécessaire.

Selon des informations reçues via le SPP Intégration sociale, la Ville de Namur serait dans cette crise une des villes les plus accueillantes et solidaires de Wallonie, proportionnellement à sa taille. Le Haut-commissariat aux réfugiés de l’ONU, venu visiter le centre de Tabora ce mercredi 25 mai, a salué les efforts mis en place par la Ville de Namur ces derniers mois face au défi que représente ces mouvements importants de population depuis la guerre menée par la Russie en Ukraine. La représentante du HCR a notamment félicité la Ville de Namur pour la qualité du dispositif, soulignant que la Ville « s’est posée toutes les bonnes questions en prélude à l’ouverture d’un tel centre ».