Dans le cadre du procès de Xavier Van Dam, accusé de séquestration, du viol et de l'assassinat de Wivinne Marion le 1er novembre 2018 à Namur, Catherine Van Dam, la maman de l’accusé, a été auditionnée dans le cadre de l’enquête de moralité. "J’étais enceinte de 4 mois quand mon compagnon m’a abandonné. On devait se marier le jour de mes 20 ans. Il n’a pas voulu reconnaître l’enfant. J’ai passé ma grossesse chez mes parents, qui ont élevé Xavier avec moi. Je lui ai consacré ma vie et j’ai fait mon possible pour qu’il ait une enfance bien cadrée. Il considérait son grand-père comme son père et a été très affecté par son décès, il était son pilier. Xavier a toujours eu bon cœur, il était serviable, je n’ai jamais eu de problème avec lui, c’était un enfant facile à élever, nous étions très fusionnels, rien ne laissait présager qu’on arriverait à cela aujourd’hui. Par la suite, il a été très affecté aussi par le suicide de son meilleur ami". Catherine Van Dam décrit son fils comme un bon vivant, toujours prêt à aider, ayant le coeur sur la main.

Le parcours scolaire et professionnel de Van Dam est présenté comme chaotique. Il avait entamé des études en boucherie avant de se tourner vers l’hôtellerie et le bâtiment, ne parvenant pas à entrer à l’armée, comme il l’aurait souhaité.

Concernant les faits, la maman de l’accusé commente : "Je n’arriverai jamais à comprendre ce qui a déclenché une chose comme ça et pourquoi. Il me dit qu’il est incapable de donner des indications. Je n’aurai jamais toutes les réponses, mais je ne pourrais pas l’abandonner, c’est mon fils. Je le connais et au fond rien n’a démontré qu’il a fait cela. J’ai beaucoup d’empathie pour la famille de la victime."

Et d’ajouter : "J’ai été ébahie d’apprendre qu’il consommait de la cocaïne. Il m’avait déjà dit que quand il ne buvait pas il ne s’amusait pas. J’avais peur qu’il lui arrive malheur sur la route ou qu’il blesse quelqu’un en revenant de soirée en voiture. Ses compagnes ne se sont jamais plaintes, il était très protecteur envers elles, il n’a jamais levé la main. Il m’avait dit récemment « Ma vie va changer ». Il espérait trouver un travail stable, il devait aller visiter une maison en vue d’un achat, il parlait d’avoir un bébé." Xavier Van Dam fond en larmes à ce moment.

Un des ex-compagnes de Van Dam témoigne : "C’était le petit ami idéal, il m’a sorti d’une relation violente à l’époque.”

Une amie explique : “C’est un pilier pour sa maman. Il a toujours été respectueux avec les femmes, je ne l’ai jamais vu mal se comporter en soirée. J’ai été choquée par les faits, je me suis dit que ce n’était pas possible, que cela ne collait pas. J’ai vécu des violences conjugales graves et il m’a beaucoup aidée. Ce qui s’est passé ne collait pas avec lui. Je le considère comme un frère et on pense que sa famille ne peut pas faire ce genre de choses. Puis j’ai appris qu’il prenait de la cocaïne. Je suis antidrogue. Je me suis donc dit qu’il m’avait trompée à ce sujet pendant plusieurs années et aujourd’hui, j’ai l’impression de ne plus le connaître.”