Namur Le collectif Salzinnes demain craint un effet d’annonce quant à la mobilité.

Il y a quelques jours, la province annonçait le démarrage du chantier de la future maison administrative provinciale (Map) à Salzinnes. Elle soulignait la création d’un comité d’accompagnement pour prendre en compte l’avis des riverains inquiets notamment.

Le collectif Salzinnes demain qui y est représenté n’est pas convaincu. "Des déclarations de bonnes intentions ont été faites, des études de mobilité ont été réalisées. Mais le collectif reste très circonspect, d’autant que des déclarations n’ont pas été suivies d’effet", affirme-t-il.

Salzinnes demain relaie les plaintes des riverains d’une rue proche qui ont dû continuer à subir les désagréments d’un autre chantier sur les terrains de la province. Et regrette que l’on ait annoncé que les matériaux seraient acheminés par la Sambre pour désencombrer le quartier alors que c’était illusoire.

"Plusieurs centaines de camions amèneront les matériaux, s’ajoutant à un trafic déjà compliqué pour ses usagers", observe-t-il en laissant transparaître sa défiance envers les déclarations de l’institution provinciale. "La communication donne l’impression de devoir être mendiée ; le goût est amer et cela ne sert pas la confiance."

Alors que le comité d’accompagnement s’est réuni pour la première fois fin janvier, le collectif Salzinnes demain annonce qu’il sera très vigilant sur deux aspects : le respect des riverains et des aménagements adéquats de la mobilité.

"L’ouverture vers l’avenue Woitrin représente un enjeu majeur pour la mobilité. Les autorités de la Ville semblent l’avoir compris. Un accord de majorité, au sein du Collège provincial, scellerait la promesse de cette ouverture qui désenclaverait le quartier de la Map et offrirait des solutions de mobilité intéressantes pour tous. Mais tout reste à faire, d’abord pour étudier la faisabilité de cette ouverture", explique le collectif.

Là aussi, le Collectif craint un autre effet d’illusion. Et prévient qu’elle interpellera tant la province que la Ville "au sujet de cet enjeu majeur pour la mobilité au sein du quartier".

M.V.