Namur

NAMUR

Piscine de Saint-Servais : le cahier des charges des travaux (2,64 millions d’euros) a été approuvé

SPORT Le plan Piscines prévoit la modernisation des trois bassins de natation namurois : à Jambes, à Salzinnes et à Saint-Servais. Le marché public pour les travaux à réaliser à la piscine de Jambes a déjà été attribué et le marché de promotion concernant les travaux à la piscine de Salzinnes sera lancé l’année prochaine. À Saint-Servais, 2.641.000 € sont nécessaires pour la mise en conformité de la piscine.

Lundi, le conseil communal a approuvé le cahier des charges. Outre la mise en conformité des installations techniques et sanitaires, il s’agira notamment de remplacer les châssis et grands battants, de refaire la terrasse extérieure et de construire un ascenseur permettant un meilleur accès des PMR. Une attention particulière sera accordée aux enjeux des économies d’énergie.

Par ailleurs, divers investissements sportifs ont été consentis : 212.000 € pour la création d’une aire de jeux intergénérationnelle au quartier Saint-Nicolas aux abords de la rue du Quatrième Génie. Ce projet vise à doter le quartier d’une aire de jeux pour enfants et adolescents (toboggans, jeux sur ressort, espace de basket et de mini-foot…) complété par un espace de convivialité comportant déjà des bancs, un espace pique-nique avec barbecue, des fleurs et de la verdure. Il répond à une demande d’un quartier habité par de nombreuses familles défavorisées.

À signaler également, 55.000 € pour la création d’un parking à proximité du nouveau terrain de football synthétique construit pour le F.C. Naninne. Cet investissement additionnel doit permettre une cohabitation harmonieuse avec les riverains de la rue Sainte-Anne. Cela permettra d’alléger le parking sauvage.

Enfin, pas moins de 777.550 € pour la construction d’un bloc vestiaire/buvette pour le club de football de Wartet qui évoluait encore en première provinciale il y a trois ans. Ce club a perdu de nombreux jeunes à cause de ses infrastructures vétustes. Les parents font demi-tour lorsqu’ils constatent l’état des installations, qui n’ont plus été rénovées depuis plus de 40 ans !



© La Dernière Heure 2010