En raison de l'interdiction de rassemblement et de la fermeture des lieux culturels, la Province de Namur a décidé de décliner la campagne Ruban blanc sur le web, a-t-elle annoncé lundi. Quatre vidéos sur le sujet des violences faites aux femmes sont accompagnées du hashtag #rubanblancnamur. La campagne Ruban blanc a vu le jour en 1989 au Canada, où un homme avait tué 14 femmes. Le port du ruban blanc est alors devenu un symbole de l'opposition des violences faite aux femmes. Depuis, l'action a été déclinée dans une cinquantaine de pays et se déroule habituellement du 25 novembre au 6 décembre au travers de différentes manifestations et activités.

En raison de la crise sanitaire, la Province de Namur et ses partenaires ont dû faire preuve de créativité pour maintenir leur engagement cette année. Ensemble, ils ont finalement opté pour une série de quatre vidéos consultables sur le site www.province.namur.be.

La première aborde l'accompagnement des victimes de violences conjugales. La seconde la prise en charge des auteurs de violences. Une vidéo s'intéresse aussi à la place des enfants. Enfin, un dernier clip présente ce qui est fait en matière de prévention et de sensibilisation à l'égalité entre les femmes et les hommes.

L'objectif final est de montrer qu'une prise en charge multidisciplinaire des victimes, mais aussi des auteurs et des enfants, constitue l'unique voie pour l'éradication des situations de violence au sein des familles.

En Belgique, on estime que plus d'une femme sur trois (36%) a subi des violences physiques et/ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l'âge de 15 ans, précise la Province de Namur. En Wallonie, c'est une femme sur quatre (24%) qui aurait subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de son partenaire ou ex-partenaire.