Elle et son mari risquent 2 ans de prison et le fait de ne pas être venus s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Namur ce mercredi ne jouera pas en leur faveur. La prévenue, qui gérait des immeubles pour des associations de copropriétaires, a détourné des fonds à son profit entre 2011 et 2015. Elle les a versés, notamment en rédigeant des factures portant un mauvais numéro de compte, sur son propre compte ou sur ceux de 3 sociétés de son mari, qui sont également prévenues dans le cadre de l’affaire. 115.000 euros auraient été détournés de cette façon. Une fois ces agissements découverts, la prévenue a évoqué une erreur avant de tenter de rembourser des associations de copropriétaires avec des fonds provenant d’autres associations de mêmes types. Des vols domestiques, la non-livraison d’un portique payé par acompte, des fausses déclarations de vols et des faits de fraude à l’assurance sont également imputés à la prévenue, qui a par ailleurs remboursé partiellement certaines des victimes.

Deux parties civiles se sont constituées dans le cadre du dossier. Elles réclament chacune des sommes avoisinant les 5000 euros.

Le substitut Debelle requiert à l’encontre des membres du couple, défaillants à l’audience, une peine de 2 ans de prison, une amende de 500 euros et une interdiction professionnelle ainsi que diverses confiscations. Une simple déclaration de culpabilité est requise pour les 3 sociétés impliquées.

L’avocate de deux des sociétés plaide le dépassement du délai raisonnable

Depuis les faits, la prévenue a été radiée de l’Institut Professionnel des Agents Immobiliers.

Jugement le 21 avril.