Le budget prévu pour l’aide à la jeunesse a été divisé sur base de plusieurs appels à projet lancés par Patricia Grandchamps, Echevine de l’Education en ce qui concerne le décrochage scolaire, par Philippe Noel, Président du CPAS en charge de la Cohésion sociale pour le décrochage social, et par Baudouin Sohier, Echevin de la Jeunesse pour les jeunes adolescents et adolescentes. L’objectif poursuivi pour chaque appel : répondre aux besoins rencontrés par le terrain et proposer un accompagnement adapté à chaque situation. Le conseil communal, qui s’est tenu mardi, a validé les projets reçus dans le cadre de ces appels.

Sur le plan du décrochage scolaire, Patricia Grandchamps a lancé un appel dans les écoles de devoirs pour les enfants de moins de 12 ans et dans les écoles secondaires pour les élèves de 12 à 18 ans, tous réseaux confondus. Près de 20.000 € de subsides ont ainsi été répartis pour les projets des écoles qui ont répondu au formulaire en proposant des activités spécifiques aux enfants et aux jeunes souffrant ou ayant souffert de la crise sanitaire pour l’année scolaire 2021-2022. Cinq écoles de devoirs sur le territoire namurois ont répondu à l’appel en proposant des projets variés et ciblés pour les élèves en difficulté : l’accompagnement personnalisé pour chaque élève par des bénévoles , des animations autour de la lecture et jeux de société, la mise à disposition de tablettes numériques afin de proposer différents programmes d’apprentissages adaptés et ludiques, la mise à disposition de matériel artistique pour que les enfants puissent s’exprimer de manière créative.

Deux écoles secondaires ont présenté des projets participatifs avec le soutien d’associations de jeunes : l’école Hôtelière Provinciale de Namur (EHPN), pour la réalisation d’un questionnaire à destination des élèves pour identifier les sources du décrochage scolaire, faire appel à des coachs extérieurs pour accompagner les jeunes qui en marquent le besoin, et aménager un local convivial et le Centre Asty Moulin de Saint-Servais, pour l’aménagement d’espaces de rencontres et de paroles et pour des animations visant à libérer les échanges et apprendre à communiquer sur ses émotions.

D’autre part, sur le plan du décrochage social, Philippe Noël, a attribué une part du subside (55.000€) au Projet NOMADE. Depuis juin 2021, ce projet porté par un collectif d’organisations namuroises propose aux jeunes de 10 à 20 ans de participer à une foule d’activités collectives, avec pour objectifs de les mettre en réseau et de dépister ceux qui sont à risque ou en situation de décrochage scolaire ou social.

Les 45.000€ restant ont été attribués aux associations qui viennent directement en aide aux jeunes en décrochage et à certaines initiatives visant la jeunesse fragilisée.

Enfin, l’Echevin de la jeunesse, Baudouin Sohier a accordé un budget de 55.000€ aux associations œuvrant dans le secteur de la jeunesse telles que les mouvements de jeunesse, les maisons de jeunes, les mouvements d’accueil pour les enfants en difficulté, …