Ces enquêtes étaient toutes deux relatives à du trafic de stupéfiants, en l’occurrence du trafic de drogues dures (héroïne et cocaïne).

La première enquête visait une équipe de jeunes majeurs qui avaient mis en place un important trafic de stupéfiants (marijuana et cocaïne) au niveau du parc Louise-Marie, du halage de Sambre et dans le centre-ville de Namur. Les mêmes individus sont également suspectés d’avoir participé à plusieurs vols qualifiés et recel d’objets volés, dont un vol qualifié dans une bijouterie du centre-ville.

L’enquête judiciaire a, actuellement, mené à quatre mandats d’arrêt, à la saisie de stupéfiants (16 grammes de cocaïne et de la marihuana) et d’une importante somme d’argent (1280 euros).

Lors des interpellations, plusieurs suspects étaient en possession d’armes blanches. L’enquête se poursuit afin de savoir si les auteurs sont liés à d’autres faits judiciaires.

La seconde enquête visait pour sa part l’identification et le démantèlement d’une filière hollandaise d’écoulement d’héroïne et de cocaïne sur Namur, Dinant et Liège. Ce type de filière est communément appelée « DUTCH CONNECTION ».

Basée sur Liège, la personne suspectée d’être l’organisatrice de cette filière, gérait manifestement des ventes sur Liège mais également des vendeurs recrutés sur Namur et Hastière. Etant fourni, en règle générale, par quantité d’un kilo d’héroïne par des fournisseurs hollandais, le responsable de cette organisation répartissait cette drogue dans les divers « points de vente » précités.

Un système de call center avec un numéro d'appel hollandais avait également été utilisé afin de « servir » au mieux les clients. Six personnes ont été interpellées à Namur, Hastière et Liège. Trois d’entre elles ont été placées sous mandat d’arrêt. Une importante quantité de drogue a été saisie, à savoir 1,2 kilo d’héroïne et 70grammes de cocaïne ainsi que deux véhicules, une carabine et des munitions de différents calibres.