L'an dernier, la ville de Namur décidait d'acquérir un banc géant, qui faisait partie de l'exposition de 6 œuvres monumentales réalisées par l'artiste français Lilian Bourgeat, dans le cadre de l'expo annuelle Sculptures dans la ville.

Le montant d'achat de ce banc géant, 82.282 euros, avait fait grincer des dents à l'époque. Néanmoins, force est de constater que le banc installé sur la pelouse à deux pas de la capitainerie de Jambes attire bon nombre de passant qui l'escaladent pour se faire photographier. Ce qui lui a occasionné de nombreuses traces d'usure. On constate ainsi que la peinture et le bois s'effritent en de nombreux endroits.

© Veronesi

"Ce n'est pas inquiétant car ce n'est pas la version définitive du banc qui se trouve actuellement à Jambes", nous explique-t-on à l'échevinat de la culture. Le banc a été conçu pour une exposition éphémère à l'époque où la ville n'avait pas encore manifesté son intérêt de l'acquérir. Tant le bois que la peinture n'ont pas été conçus pour rester des années à l'extérieur. Mais il y sera remédié rapidement.

"De nouvelles planches, plus durables, seront installées au moment du déménagement du banc. Je pense que nous les avons déjà reçues et qu'elles attendent dans nos entrepôts", précise Pierre Henry, collaborateur du bourgmestre.

En effet, il a toujours été annoncé que le banc XXL n'était installé en contrebas du boulevard de Meuse que provisoirement. Il rejoindra le côté Jambes de l'Enjambée d'ici à quelques semaines, lorsque les aménagements seront réalisés par le Service Public Wallonie à côté de la villa Balat et du Glacetronome rue Mazy.

"Le banc public de Lilian Bourgeat investira un espace à fort potentiel touristique, à l’arrivée de la nouvelle passerelle cyclo-piétonne « L’Enjambée » surmontant la Meuse au confluent, dans un petit parc contigu à la « Villa Balat », témoin de l’architecture belle époque, abritant des chambres d’hôtes, dont le haut pignon sera entièrement garni d’une fresque street art réalisée par l’artiste namurois Démosthène dans des harmonies de couleur verte", argumentait l'an dernier le service culture.

Aujourd’hui, la première partie de la fresque est terminée ou presque. "L'artiste souhaite y ajouter une phrase de l'architecte Alphonse Balat. Pour la deuxième partie de la fresque, sur le pignon du glacier, il y a eu une confirmation de budget et l'esquisse doit encore être réalisée puis une demande de permis instruit", précise-t-on au cabinet de la culture. Le prolongement de la fresque devrait être matérialisé l'année prochaine.

Même l’œuvre n'est pas appréciée de tous, voilà qui donne et donnera un nouveau cachet à ce quartier de Jambes. "Véritable attraction touristique de par son gigantisme inattendu, ce banc qui fera face à la Citadelle, à la Confluence et au Parlement wallon sera The place to be", espère la Ville de Namur. "Ses futurs occupants, habitants ou touristes réduits à l’état de lilliputiens, ne manqueront pas de se faire immortaliser hissés au dessus dans cet environnement unique". C'est déjà le cas à son emplacement provisoire.

© Veronesi