La huitième édition de la Spin Cup se tient ce week-end aux Lacs de l’Eau d’Heure. 80 pratiquants chevronnés de cablewakeboard s’y affrontent. Découverte d’une pratique spectaculaire.

Une compétition très spectaculaire se tient ce week-end sur les Lacs de l’Eau d’Heure. Il s’agit de la huitième édition de la Spin Cup, une compétition internationale de cablewakeboard, à savoir du wakeboard tiré par câble, le wakeboard étant lui-même le cousin aquatique du snowboard.

“Historiquement, on pratiquait cette discipline en se faisant tracter par un bateau. Nous avons remplacé le bateau par un tire-fesses de 620 mètres de long qui est posé sur le lac. C’est là la particularité de notre approche qui est beaucoup plus écologique, mais également plus économique car cela coûte moins cher. Un seul tire-fesses permet d’avoir plusieurs skieurs qui pratiquent la discipline en même temps”, explique Cédric Vandermot, organisateur de l’événement.

Le parcours est composé de deux types de figures. Soit des figures sautées, à l’instar du kitesurf, soit des modules divers et variés comme des barres de slide ou des tremplins similaires à ce que l’on retrouve dans des snow park. En tout, ce sont quelque 80 participants chevronnés qui vont s’affronter tout le week-end. “Cette discipline rencontre un beau succès en Belgique. À l’époque, les championnats de Belgique se disputaient en Allemagne ou aux Pays-Bas car nous n’avions pas d’infrastructure digne de ce nom en Belgique. Mais désormais, il y a sept clubs, deux en Wallonie et cinq en Flandre, qui disposent de câbles permanents. N’importe qui peut donc s’essayer à cette discipline”, poursuit Cédric Vandermot.

Preuve de l’engouement, la première édition de la Spin Cup a vu quelque 50 participants s’affronter tandis qu’ils sont plus de 80 pour cette huitième édition. Cette année, sept nations sont représentées avec le gratin de la discipline qui s’est donné rendez-vous. Ainsi, des riders issus des Pays-Bas, d’Allemagne, de Belgique, de France, d’Angleterre, d’Espagne et de Pologne s’affrontent durant tout le week-end. Les poules sont composées de six à huit riders et seuls les premiers de chaque poule accèdent au stade ultérieur. Des catégories réservées aux moins de 15 ans et aux plus jeunes sont également organisées.

Les visiteurs ne sont pas en reste et une vaste zone de 380 mètres de long située en bord de lac permet d’observer le spectacle. Ils peuvent se sustenter à un bar-restaurant et écouter de la musique.

“Un speaker explique en direct ce qu’il se passe sur l’eau car le grand public ne comprend pas nécessairement en quoi consiste le cablewakeboard”, poursuit Cédric Vandermot. “Mais même sans comprendre les règles, le public est toujours enthousiaste tant la discipline est spectaculaire. Les participants effectuent des sauts vertigineux sur les tremplins, effectuent des doubles saltos ou des rotations à 1080 degrés, à savoir trois tours en l’air avant d’atterrir. C’est très impressionnant”, conclut-il.