Après une aide de 15 000 euros répartie entre cinq institutions namuroises (Saint-Luc Bouge, Centre hospitalier régional, CHU UCL-Namur, Beau Vallon – soins spécialisés en santé mentale, Hôpital sans frontières) en mars dernier, ce sont 18 000 euros qui viennent d’être versés à l’UNamur pour soutenir ses recherches contre le virus.

Le document symbolisant ce don a été remis par une délégation restreinte du club, emmenée par son président Michel Jamar, au recteur Naji Habra, accompagné de la vice-rectrice à la recherche, Carine Michiels, et du vice-recteur en charge des ressources humaines, Patrick De Coster.

Le Rotary explique : "Cela fut l’occasion pour les chercheurs de l’UNamur de présenter le travail réalisé depuis le 10 mars pour le dépistage du Covid-19. Le professeur Benoît Muylkens, moteur du projet, et certains membres de son équipe ont expliqué que 177 volontaires, appartenant aux différents corps de l’université, ont contribué aux travaux, témoignant ainsi d’une mobilisation sans faille. Leur action de dépistage – à partir de réactifs chimiques indépendants des produits vendus par des firmes spécialisées - s’est centrée sur les institutions oubliées des premières actions des autorités publiques – maisons de repos, maisons de repos et de soins, institutions pour personnes handicapées. Elle a également une portée internationale avec la diffusion de la technique de dépistage dans 28 pays et 85 points de contact répartis sur les 5 continents. Parallèlement, des projets spécifiques de recherche ont été développés dont un projet de fabrication d’écouvillons avec une technique 3D."

Le financement apporté par le Rotary contribuera à financer ces recherches visant à délivrer des diagnostics COVID-19 rapides et de qualité, ainsi que de diffuser cette technique dans le monde.