Yves (prénom d’emprunt), vis dans la rue depuis plusieurs années. Entre janvier 2016 et juin 2017, il s’est rendu coupable de harcèlement sur une assistance sociale et une psychologue de la ville de Namur. Si il a commencé par leur envoyer des sms, et des cartes contenant des déclarations d’amour ou des demandes en mariage, il a enchaîné avec des fleurs, des sous-vêtements, avant de passer aux menaces et de se montrer menaçant et injurieux. “J’avoue, mais j’étais fatigué mentalement. L’alcool me permettait de déconnecter mais de manière citoyenne, même si cela me rendait parfois excessif", confiait-il à l'audience du 1er février.

L’expertise du prévenu réalisée met en avant un trouble psychotique affectant sa capacité de discernement, ce qui entraîne un risque de récidive élevé.

Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet et a ordonné ce lundi l'internement du prévenu.