Namur Le Conseil d’État casse le permis pour la construction de 9 éoliennes

C’est avec une joie non feinte que Fabienne Nicolas, porte-parole du collectif citoyen Plaine de Vie l’a annoncé : "Par l’arrêt du 15 janvier 2018, le Conseil d’État (CE) vient de casser le permis accordé suite au recours, en 2017, du collectif Plaine de Vie et Natagora ainsi que de la commune de Ramillies."

C’est la quatrième fois que le CE tranche en faveur des défenseurs de la biodiversité de la plaine de Boneffe. Depuis 2008 ils se battent contre ce projet éolien qui de 17 mâts au départ avait été ramené à 9. Natagora, favorable aux énergies renouvelables (y compris l’éolien), s’y oppose parce qu’il estime que les dommages attendus sur la biodiversité ne sont pas compensables : plus de 168 espèces y ont été observées dont certaines sont rares et protégées.

La décision du CE se base sur l’absence de motivation valable du ministre de s’écarter des avis d’instances officielles. En effet, le DNF, le CWEDD (Conseil wallon de l’Environnement pour le Développement durable) et le DEMNA (Département de l’Étude du milieu naturel et agricole) ont toujours plaidé pour que la plaine de Boneffe, reconnue comme site majeur en région wallonne, soit préservée pour son haut intérêt ornithologique lié à la présence, au passage ou à la nidification d’espèces appartenant à la liste rouge 2010 des oiseaux menacés en Wallonie (busards cendrés et busards des roseaux) ou faisant l’objet d’un plan de conservation à l’échelle européenne : vanneau huppé ou espèces d’intérêt communautaire (busard cendré, busard des roseaux, pluvier doré, pluvier Guignard).

Malgré ces avis le ministre a accordé le permis et, n’attendant pas la décision du CE, la société Eneco avait installé ses quartiers depuis quelques mois sur le site sur 2 des 9 aires de montage. Va-t-elle introduire un nouveau dossier avec le risque d’un cinquième recours au CE ou se rendre à l’évidence ?

Le PDV collectif tient à rappeler : "Nous ne sommes pas contre l’éolien a priori, mais notre opinion s’est forgée à force de recherches bien documentées et pondérées."

JDC