Namur L’ASBL citoyenne cherche 10.000 euros pour introduire un dernier recours au Conseil d’État

Les communes de Léglise et de Neufchâteau auront-elles bientôt des éoliennes dans leur paysage ? Le permis déposé par le promoteur Electrabel et la société Eneco vient en tout cas d’être validé par le ministre wallon de l’Aménagement du territoire. Sept éoliennes devraient voir le jour dans le futur, contre douze au départ.

Les contestations des citoyens de la zone concernée par le projet, représentés par l’ASBL VECA (Virage énergétique centre ardenne), n’ont donc pas abouti. "C’est une mafia. Rien n’est réfléchi au niveau de la transition énergétique. On se fout du citoyen et le monde politique est influencé par les lobbys. Sans grande surprise, la population n’a pas été entendue. Le promoteur prépare déjà la demande de permis pour la première extension, à savoir la réintroduction des éoliennes 3 et 10 qui avaient été supprimées sur demande de la DNF (Division Nature&Forêts), mais qui sont permises par le nouveau CoDT (Code d’aménagement du territoire wallon)", note Jean-Philippe Bodelet, représentant VECA. Son association ne compte pas en rester là.

Les éoliennes, ils n’en veulent pas. Ils estiment que la zone chestrolaise n’est pas assez venteuse et rentable pour un tel investissement. Sans oublier les nuisances en matière de santé/bien-être pour les habitants. Si bien que VECA lance un appel aux dons pour pouvoir introduire un recours en annulation auprès du Conseil d’État.

"Au Conseil d’État, ce sera la forme qui sera jugée. Pas le fond. On ne peut attaquer que l’acte administratif. Mais il faut avoir des arguments. Exemple : ça peut être un vice de procédure ou pas assez de justification sur tel ou tel point du dossier. Le bruit des éoliennes ne peut plus être jugé. Le cas échéant, on ne va pas en rester là si on a des arguments. Mais cette démarche a un coût important (approximativement 10.000€). C’est pourquoi VECA fait appel au soutien financier des citoyens. Si l’argent nécessaire n’est pas récolté au 30 septembre 2017, nous n’introduirons pas de recours et rembourserons intégralement les donateurs", explique-t-il.

A ce jour, un peu plus de 1.000€ ont déjà été collectés. On sera fixé dans moins d’un mois.