Namur

Il révèle notamment l'origine de l'accompagnement Sambre et Meuse dans son almanach perpétuel insolite et gourmand de Wallonie

Grâce à cet almanach perpétuel initié par le ministre du tourisme René Collin, Éric Boschman emmène le lecteur à la découverte d’une Wallonie riche en références gourmandes, en lieux insolites, en histoire et traditions folkloriques. L'ouvrage est joli et sort dans quelques jours chez Racine au prix de 24,95 euros. Chacun y trouve son compte, du cuisinier en herbe au féru d'histoire locale en passant par ceux qui cherchent des idées d'excursion ou des boissons artisanales.

© Veronesi/Swijsen

Sept thèmes composent chacune des 52 semaines de l’année, qu occupe deux pages:

- LE SAVIEZ-VOUS ? reprend des anecdotes connues et moins connues.

- UN WALLON DANS L’HISTOIRE présente un(e) Wallon(ne) disparu(e) cette semaine-là.

- LE LIEU TOURISTIQUE INSOLITE

- LA WALLONIE QUI SE MANGE propose une recette du terroir ou son origine.

- LA WALLON CÉLÈBRE reprend un(e) Wallon(ne) né(e) pendant cette semaine.

- LE FOLKLORE

- C’EST À BOIRE QU’IL NOUS FAUT présente les boissons wallonnes incontournables.

Dans le Namurois, Eric Boschman reprend ainsi les avisances, le poulet Sambre et Meuse, les fromages, la rombosse de Philippeville...


Mais aussi le marbre noir de Dinant, le festival du rire de Rochefort, la dinanderie, Adrien Joveneau, Pierre Résimont, Sang Hoon Degeimbre, Nafissatou Tiam, Benoît Poelvoorde, Gérald Watelet, le château de Vêves, l'Ardois'Alle, le musée de la pataphonie, le château de Freyr, le grand feu de Bouge, Folknam, la marche de la Saint Jean de Mettet, la marche de la Saint Feuillen à Fosses-la-ville, le vin du château de Bioul, le domaine de la Falize à Emines... Et de nombreuses autres références de la province.

"Il ne s'agissait pas d'être exhaustif, mais de faire des choix personnels, mais variés pour montrer la richesse de notre région", souligne le ministre Collin qui a présenté le livre à Namur.

"Je ne connais pas une seule personne qui n'apprendrait rien en lisant cet ouvrage, qui ne se lit pas de la première page à la dernière, mais se parcourt ici et là, se picore", observe Eric Boschman qui a rédigé pas moins de 350 entrées différentes, parmi lesquelles certaines datent de son passage de quelques années à l'école hôtelière de la Citadelle de Namur..