Le parquet de Namur a requis jeudi devant le tribunal correctionnel des peines de 4 ans de prison à l’encontre de 3 ressortissants des Pays-Bas qui ont vendu de la cocaïne et de l’héroïne à Namur, avec la circonstance aggravante qu’ils faisaient partie d’une association de malfaiteurs.

Les faits ont eu lieu entre le 12 et le 17 juin derniers. Seul l’un des 3 prévenus les reconnaît, les autres affirment qu’ils étaient venus à Namur faire du tourisme. Ils ont été interpellés en flagrant délit après une journée d’observation policière lors de laquelle ils ont fourni une demi-douzaine de clients. Celui qui est en aveux précise qu'ils sont venus ensemble et ont travaillé à trois.

Le substitut Etienne Gaublomme, qui requiert 4 ans de prison pour chacun des prévenus, a évoqué un véritable système de call center basé aux Pays-Bas. "Les acheteurs appellent là-bas et reçoivent les instructions pour récupèrer la marchandise à Namur. Ces contacts sont des jeunes recrutés aux Pays-Bas et envoyés à Namur. Cette « filière hollandaise » opère depuis 2015. Les vendeurs sont à chaque fois arrêtés, mais on a du mal à remonter à la source. Quand un client renonce, les dealers le relancent, ils viennent le rechercher et le harcèle pour qu'il achète à nouveau. On en a déjà vu vendre jusque sur le parking du CHR ou de l'hôpital Saint-Martin de Dave, où des clients étaient en désyntoxication"

L’avocat du prévenu qui est en aveux plaide une peine avec sursis pour ce qui excède la détention préventive de 4 mois et demi déjà effectuée. Les conseils des deux autres demandent l’acquittement de leurs clients.