Le combat des Échasseurs Namurois fait partie des grands événements des Fêtes de Wallonie. Après une pause d’une année en 2020 en raison du contexte sanitaire, l’Echasse d’Or fait son retour. Au travers de cette joute, les Echasseurs Namurois perpétuent et transmettent cette pratique qui est attestée depuis 1411.v "Depuis des siècles, les joutes se pratiquent à l’occasion des grandes fêtes populaires namuroises ou lorsque Namur souhaite offrir un cadeau à un visiteur de marque. Des joutes ont, par exemple, été offertes par les Namurois à Charles Quint, Pierre le Grand de Russie, Louis XIV ou Napoléon. Il existe beaucoup de pratiques différentes de l’échasse dans le monde (danse, acrobatie, rituels…), mais la joute sur échasses est une particularité namuroise", rappelle Bertrand Patris, chargé de communication pour les Echasseurs Namurois.

Pour ce retour, 4.000 spectateurs sont attendus sur la Place St-Aubain. Ttoutes les places disponibles ont déjà trouvé preneur. "Habituellement, il y a 6.000 personnes pour assister à l’Echasse d’Or. On n’est donc pas surpris que ce soit complet cette année. On est tous impatients car une joute se fait pour le public et a fortiori pour le public namurois. À part une sortie dans le nord de la France, il n’y a plus rien eu depuis 2020", poursuit Bertrand Patris.

Si l’Echasse d’Or est sans aucun doute le moment fort des échasseurs aux Fêtes de Wallonie, quatre autres joutes seront déjà proposées le samedi après-midi avec des conditions d’accès différentes. La première aura lieu à 14h00 sur la Place des Cadets (réservation et Covid Safe Ticket obligatoires). La seconde, à 15h00, se déroulera aux Ponts Spalaux (pas de réservation mais jauge limitée). À 16h00 et 17h30, ce seront respectivement la Place du Théâtre et le Grognon qui accueilleront les échasseurs, en accès libre (masque obligatoire si distance sociale ne peut être respectée). "Il y a toujours 4 ou 5 joutes le samedi. Cette année, c’est 4. Le samedi, on est plus proche du public et c’est toujours le moment de se jauger et de tester des stratégies", termine Bertrand Patris.