La concession de stockage dans des hangars non chauffés du quartier de la Plaine a expiré en décembre 2017

Les soignants namurois l'ont doublement mauvaise après que l'on a ppris la destruction de millions de masques sans renouveler le stock il y a deux ans: ils étaient situés à deux pas. La Défense s'est limitée à l'entreposage des masques de protection FFP-2 sur l'un de ses sites mais la gestion et le suivi des stocks relevaient du SPF Santé publique, ont fait savoir mardi les autorités militaires.

En 2012, le SPF Santé publique a signé une convention avec la Défense pour stocker des équipements médicaux, dont les FFP-2 et des masques chirurgicaux, dans des hangars non chauffés du quartier de la Plaine à Belgrade (Namur), a indiqué la Défense dans un communiqué. En 2014, cette convention a été élargie avec un entrepôt supplémentaire.

"La Défense n'était pas responsable de la gestion et du suivi des stocks du SPF Santé Publique", ajoute-t-elle en précisant que la concession de stockage a expiré en décembre 2017.

Le Vif a révélé lundi que ce stock stratégique avait été détruit parce que les masques étaient périmés. La Défense confirme dans son communiqué que ces masques ont été détruits sur demande et par le SPF Santé publique en 2017 et 2018. La durée de conservation des masques variait, selon le fabricant, de quatre à six ans après leur production, a-t-elle précisé.