La réouverture de la piscine de Saint-Servais devrait coïncider avec la nouvelle chaudière à Salzinnes.

Pour l’instant, les nageurs sont malheureux : seule la piscine de Jambes est accessible, celle de Saint-Servais faisant les frais d’un cahier de charges déficient. La personne l’ayant rédigé n’a pas pris en compte le débordement et, à peine rénovée, la piscine a subi de sérieuses infiltrations qui l’ont poussée à fermer longuement pour diagnostic et réparations.

Quant à Salzinnes, sa vieille chaudière a connu tellement de pannes qu’il a fallu la remplacer. C’est le cas en ce moment même. Ce faisant, on a anticipé sur les gros travaux de rénovation, prévus pour 2018/2019, mais qui ont été reportés en raison des problèmes de Saint-Servais. L’an prochain, selon toute vraisemblance, la piscine de Salzinnes devra elle aussi être rénovée et remise aux normes, mais cela demande une nouvelle étude, les règlementations en la matière ne cessant de changer.

Bonne nouvelle : les trois piscines seront à nouveau fonctionnelles et accessibles courant février, comme l’annonce l’échevin des Bâtiments, Tanguy Auspert. Lequel ne se précipite pas : à Saint-Servais, les tests d’étanchéité sont en cours depuis plusieurs semaines.

"Les deux bassins sont remplis à ras bord depuis deux semaines. On fait tourner les machines et il n’y a de fuite nulle part", se réjouit-il.

Tandis que les tests liés au renouvellement de l’eau sont aussi positifs. Restent les finitions : une couche de peinture dans les vestiaires qui ont subi les infiltrations, quelques essais techniques, un grand nettoyage… De quoi accueillir les premiers nageurs en février. La date reste une surprise.

M.V.