Les quelques promeneurs en visite aux lacs de l'Eau d'Heure, ont eu la surprise de découvrir la grand roue investie par une petite dizaine de pompiers.

Le motif de leur présence : un exercice grandeur nature d'extraction de personne d'une nacelle bloquée au sommet soit à 45 mètres de haut.

Pour François Starks et ses collègues cela constituait une première même s'ils sont pourtant experts dans les techniques de sauvetages en hauteur.

Afin de se mettre dans les meilleures conditions, le propriétaire de la grande roue, Jean-François Baelden du Crocodile Rouge et les pompiers se sont donc donnés rendez-vous au pied de l'imposante attraction touristique.

Avant de placer tous les acteurs de l'opération, les pompiers spécialisés ont dû établir un plan bien précis et savamment orchestré. "Dans une telle configuration, le plus facile pour nous est de redescendre la personne coincée au sommet dans la nacelle. Ce qui demande le plus d'effort c'est de monter jusqu'au sommet. Ce qui nous pose problème c'est que les traverses sont assez espacées. Comment monter d'une barre à l'autre ? Il va falloir envoyer un homme assez fit," explique François Starks pompier de la zone Dinaphi.

© NGOM (Le briefing d'avant intervention est capital pour son bon déroulement)

Avant de lancer l'opération de sauvetage, toute l'équipe s'est réunie afin de se distribuer les rôles et les actions précises.

© NGOM (Tout le matériel est passé en revue, rien n'est laissé au hasard)

Un camion avec une échelle était également présent facilitant quelque peu une première approche et faire gagner quelques mètres. Par la suite, c'est Nicolas Mella, qui a véritablement escalader à la force des bras l'imposante structure métallique.

© NGOM (C'est à la force des bras que le pompier est parvenu au sommet de la grande roue)

Une fois au sommet, le pompier s'est glissé dans la nacelle où il a rejoint "la victime" ainsi que son collègue. A deux, ils ont mis en place un dispositif fait de cordes de sangles et de poulies destinées à faire redescendre "la victime". Professionnels et précis, ils ont dû faire preuve d'une grande ingéniosité car toute erreur peut être fatale tant pour les sauveteurs que la personne à secourir.

© NGOM (Une fois bien sécurisée et après une mise au vide, la"victime" est descendue au sol)

Toute l'opération s'est déroulée dans des conditions réelles avec notamment une course contre le temps.

Finalement, la victime rassurée a pu être redescendue en toute sécurité. Impliquée jusqu'au bout, toute l'équipe a débriefé passant ainsi en revue tous les détails de l'opération. Un prochain rendez-vous sera fixé afin d'affiner encore plus les techniques propres à ce type d'intervention.