Les services de secours de la province de Namur ont effectué plus de 1.500 interventions depuis le début des intempéries mardi soir, a indiqué jeudi le gouverneur provincial faisant fonction, Marie Muselle. Le 112 a reçu 3.000 appels et le 1722 près de 650 pour des opérations moins urgentes. Outre la cinquantaine de camps de mouvements de jeunesse évacués, une centaine d'évacuations ont été effectuées, qu'il s'agisse de maisons, de rues ou même de quartiers entiers.

Deux hélitreuillages ont également dû être opérés pour sauver des personnes bloquées en dangereuse position. Cependant, seul un blessé est à déplorer à l'échelle provinciale depuis le début des intempéries mardi soir.

Après la commune de Rochefort touchée de manière très importante dès mercredi, ce sont notamment Dinant, Fosses-la-Ville, Mettet, Walcourt, Sombreffe ou encore Andenne qui ont subi de plein fouet les intempéries jeudi.

Outre les crues, la population est aussi victime des coulées des champs et d'un réseau d'évacuation saturé. Alors que Namur a relativement été épargnée jusqu'à présent, plusieurs maisons se sont ainsi transformées en torrents à La Pairelle, en bord de Meuse, car les avaloirs situés sur les hauteurs n'arrivaient plus à absorber le fort débit.

A Rochefort et Jemelle, il n'y a plus d'électricité par endroits et elle ne pourra pas être remise en fonction avant la baisse des eaux. Des contrôles de la potabilité de l'eau doivent aussi être réalisés à de nombreux endroits. Des opérations de ravitaillement pourraient être réalisées dans certaines zones critiques, précise encore la province de Namur.