Il s'agit d'un casse-tête pour l'administration communale, mais l'échevin du logement tient à développer ce type d'habitat pour 2022

Connaissez-vous les Tiny Houses. Il s'agit de maisons minuscules, mais terriblement bien aménagées, qui font la taille d'un kot ou d'un petit studio tout au plus, mais qui permettent de vivre dans tout le confort grâce à un poêle minuscule dans l'entrée, un coin cuisine-salle à manger surmonté d'un lit-mezzanine, une douche, des toilettes sèches et l'électricité. Le tout en 16 ou 25 mètres carrés. Elles ne sont pas encore autorisées par chez nous.

Ce nouveau type d'habitat figure parmi les priorités de la déclaration communale de logement qui vient d'être dévoilée par Philippe Noël. "La région wallonne a fait un pas, mais n'a pas encore terminé le travail donc c'est difficile pour l'administration et en particulier l'urbanisme, mais j'aimerais qu'on trouve des solutions pour que les premières Tiny Houses arrivent à Namur en 2022", annonce l'échevin du Logement.

© DR

Pour ce faire, Namur va opérationnaliser le Décret de mai 2019 au travers de procédures d’inscription domiciliaire, d’urbanisme, d’adaptation du règlement incendie pour permettre un développement de l’habitat innovant, qu'il s'agisse d'habitat léger comme les Tiny Houses (entre 25.000 et 50.000 euros à l'achat) ou les yourtes, de colocation, de résidence services, de mécanismes Community Land Trust qui permet de construire sa maison sur un terrain commnal sans devoir l'acheter, de logements collectifs etc.

"La manière de concevoir le logement évolue rapidement. Ainsi, la colocation n’est plus l’apanage d’étudiants qui optimisent leurs ressources financières tout en vivant une expérience communautaire. Elle devient une solution sociale pour un nombre toujours plus grand de personnes soit parce que leurs ressources sont limitées pour louer un logement soit encore parce que les conditions d’accès à la propriété imposent une période plus ou moins longue de cohabitation afin de permettre de thésauriser des moyens pour accéder à l’acquisition d’un bien", précise encore l'échevin.

© DR

Philippe Noël ne dira pas encore où, mais il a déjà une ide précise de l'endroit où il permettrait d'installer des Tiny Houses. "Il suffit de pas grand-chose, quelques mètres carrrés au sol, un accès à l'eau et à l'électricité, un peu comme sur une aire d'accueil des gens du voyage", plaide-t-il. "Ce genre d'habitat convient par exemple aux jeunes qui n'ont plus envie de s'endetter pour 30 ans et peuvent dès lors s'offrir leur propre logement pour quelques dizaines de millers d'euros. Ou pour les personnes qui ne peuvent ou de veulent pas se permettre un loyer élevé et qui vivraient ainsi dans des conditions plus dignes que certans logements insalubres et pourtant hors de prix", assure-t-il.

Ce modèle plaît aussi aux personnes plus âgées qui n'y voient que des avantages: peu de ménage à faire, être chez soi et faire des économies de choses et d'argent, tout en vivant correctement.