Namur

La dernière victoire de Napoléon célébrait ses 195 ans, ce week-end


LIGNY À la guerre comme à la guerre, le temps est peut-être déterminant dans la réussite d’une bataille, mais les soldats sont au feu, quels que soient les caprices de la météo.

Les journées napoléoniennes ont vécu encore de grands moments, ce week-end. Samedi, c’est sous un soleil de plomb et un ciel azuré que la dernière victoire de l’Empereur a célébré ses 195 printemps. Dimanche, les orages se sont mixés aux roulements de tambour.

C’est toujours l’apothéose des festivités : la reconstitution de la bataille avec, cette année, plus de 500 participants et pas mal de pièces d’artillerie.

Bravo aussi à la prestigieuse batterie des Grognards de la Haute Alsace, à laquelle plusieurs concerts spectacles étaient confiés. Un village d’époque était aussi reconstitué au centre Général Gérard, avec différents stands qui fleuraient bon le Premier Empire : confection d’uniformes, dentelles en fuseau, le travail du cuir, la poterie,... Sans oublier la bière, la 1815, à déguster, aux relents de victoire.

Par ailleurs, depuis avril, la scénographie du musée de Ligny a été complètement retravaillée dans un souci didactique, pour intéresser tant les spécialistes de Napoléon que les amateurs d’histoire ou les simples profanes.

Les salles d’exposition sont maintenant articulées en trois temps : la surprise, le choc, la rupture, épousant ainsi les trois temps forts de la bataille avec l’arrivée de Napoléon à Ligny. Cette scénographie poursuit l’objectif ambitieux de faire vivre au visiteur cette fameuse journée du 16 juin 1815 heure par heure, quinze cartes à l’appui.

Première salle, arrivée de l’Empereur, à midi. Le décor est planté, agrémenté par les nombreuses pièces exposées : uniformes, pièces d’armements, modèles réduits de pièces d’artillerie en modèles réduits réalisés en bois et bronze. On découvre aussi les personnages clés de la bataille : Grouchy, etc.

Plus loin sont évoqués les combats à Saint-Amand et Ligny même. Puis, en guise de point d’orgue, le musée évalue en quelque sorte le bilan humain de cette victoire, avec un hommage rendu aux soldats tombés sur le champ de bataille et l’impact sur la vie locale.



© La Dernière Heure 2010