David Clarinval regrette et s’exprime sur le sujet

Plusieurs communes wallonnes risquent de ne proposer qu’une seule liste à leurs électeurs le 14 octobre 2018.

Doit-on craindre pour un manque de débat démocratique ? David Clarinval (MR) ne partage pas le point de vue de son collègue député-bourgmestre de Chiny (PS) sur le sujet : " Je pense pour plusieurs raisons qu’il est utile d’avoir plusieurs listes. La première, c’est que la démocratie implique un choix. Une liste ce sont certes des candidats mais c’est aussi un programme. Donc les citoyens doivent avoir le choix entre un programme et un autre. La seconde raison est qu’en psychologie sociale, c’est très simple, quand vous n’avez pas une pression extérieure, inévitablement, dans les relations humaines, vous avez une pression à l’intérieur. On a vu à Vresse, la commune voisine, que les querelles intestines ont pollué le débat malgré la liste unique. Ce ne serait peut-être pas arrivé s’il y avait eu une pression extérieure. La troisième raison pour laquelle je pense qu’il est intéressant d’avoir une liste d’opposition, c’est que celle-ci peut être constructive, apporter des éléments intéressants et éviter que la majorité ne s’endorme sur ses lauriers. "

Bièvre a connu un conseil avec une majorité absolue et un seul conseiller (Luc Vincent) dans l’opposition : " Le courant est toujours bien passé avec lui, son opposition était constructive. Je suis partisan d’une seconde liste mais ce n’est pas moi qui vais la faire. Il y aura 25 % de candidats supplémentaires en cas de liste unique, donc quatre dans le cas de Bièvre. Il a été convenu qu’à Bièvre, les membres du collège seront désignés en fonction du nombre de voix. Il faudra aussi au moins 1/3 de femmes (ou d’hommes) au collège. Il y a donc un double enjeu. "

Cela change-t-il quelque chose à la campagne ? " Il y aura des panneaux pour les provinciales, mais n’y aura pas d’affichage au niveau communal. Nous irons à la rencontre des gens, c’est ce qu’on appelle le cabanage. " Quant aux quatre nouveaux candidats, ils profiteront d’une attention médiatique pour pallier leur retard dans la campagne.

JDC