L’auditorat du travail avait requis le 23 mars dernier une amende de 33.600 euros à l’encontre d’un prévenu et la même amende à l’encontre de sa société, par ailleurs en faillite. Le prévenu était absent à l’audience, et pour cause, il a « disparu » depuis le naufrage de son entreprise. Il est , selon le curateur de celle-ci, « injoignable » et « non-localisable » et n’a donc pas répondu aux convocations dans le cadre du présent dossier.

Le prévenu, pakistanais, avait lancé un commerce de « brols » provenant d’Asie. Il tenait un magasin près du passage de la gare de Namur, exploitait un commerce à Verviers et était présent sur des marchés, notamment à Athus. Lors d’un contrôle, le 7 septembre 2018, il s’est avéré que le prévenu faisait travailler 7 personnes sans les déclarer.5 de ces « employés » ne bénéficiaient pas d’un permis de séjour valable. Un des travailleurs déclarés n’était pas en possession de son horaire de travail à temps partiel. Lors d’une descente à l’adresse de l’enseigne namuroise, plusieurs matelas posés à même le sol ont été découverts au premier étage, l’enquête n’a cependant pas permis d’asseoir une prévention de traite d’êtres humains.

Ce mercredi, il a été condamné à une amende de 56.000 euros. Sa société est condamnée à une amende de 33.600 euros, dont seront déduits 23.000 euros déjà confisqués.