Marc Kayak, qui ramasse bénévolement des déchets sur la Meuse et ses alentours depuis bientôt neuf ans entre La Plante et la piste de vitesse de Wépion va pouvoir reprendre son ramassage de déchets.

L'homme avait été interpellé par des policiers samedi dernier. "Ils m'ont sorti de l'eau en face de la Guinguette et m'ont interdit de continuer à faire du kayak entre l'écluse du côté de La Plante et la piste de vitesse à Wépion. Il m'est interdit aussi de ramasser les déchets sur 2 kilomètres parce qu'il paraît qu'ils iront à l'écluse de récupération des déchets "les Grands Malades" en face du CHR. Or, il n'y a que 5% de ces déchets qui arriveront là bas, le reste coulera avant ou s'accrochera sur les bords", nous expliquait, consterné, cet amoureux de la nature.

L'information que nous avions relayée dans nos colonnes a rapidement suscité l'indignation de nombreux internautes. Ce qui a poussé le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, à prendre ses renseignements. Ce dernier parle d'un malentendu. Marc Kayak va pouvoir reprendre son activité bénévole. « L'éclusier, de manière bien légitime, s'est inquiété de l'imprudence des personnes faisant du paddle au départ de la capitainerie. Pour d'évidentes raisons de sécurité, il est interdit à ces paddles et autres embarcations légères de venir à moins de 250m d'une écluse de part et d'autre de celle-ci. Voyant que certains imprudents s'approchaient dangereusement de ce périmètre, l'éclusier a appelé la police pour qu'elle interpelle les nombreux usagers et les conscientise. Manque de chance ?, "Marc kayak" était dans les environs quand la police est venue, tandis que la plupart des paddles avaient disparu. Il a donc été apostrophé par la police mais il n'a pas été verbalisé. Il peut continuer sa remarquable démarche de collecte bénévole des déchets en Meuse, comme il le fait depuis plusieurs années, dans le respect des règles de sécurité", a-t-il indiqué sur Facebook.