Namur Il reste des soucis à régler à la Maison de la culture, comme des problèmes d’occultation.

Les réponses apportées par Geneviève Lazaron (CDH) lors de la dernière réunion du conseil provincial à propos du budget consacré à la Maison de la culture (appelée maintenant Delta) n’ont pas apaisé le conseiller Jules Eerdekens (PS). Ce dernier, lors de la séance de vendredi, a tenté de savoir, avec humour, si des éléments de construction ou d’aménagement ont été omis dans le cahier des charges de la construction de la Maison de la culture et ont été découverts pendant sa construction.

La réponse de la députée en charge de la culture est claire, nette et précise : c’est non. Eerdekens insiste : "Il est notamment question de l’obturation des salles d’exposition ou d’éléments acoustiques." Elle a déjà répondu par voie de presse mais elle le fait maintenant de façon officielle : "Les salles d’exposition doivent respecter des normes en fonction des matériaux exposés. Des vantelles externes permettent une occultation à 95 % mais l’ajout de rails intégrés au plafond a été négocié pour ajouter, si besoin, des tentures noires permettant une occultation totale, et ce pour un budget de 20 000 euros."

Geneviève Lazaron ajoute qu’un seul endroit présente une difficulté en matière d’occultation, la façade nord, l’administration vient de l’en avertir et ce point sera éclairci. Le conseiller socialiste était donc bien renseigné sur ce point mais la députée provinciale n’a pas voulu lui laisser savourer cette petite victoire : "Vous êtes très bien renseigné… au point que vous soulevez des problèmes qui ne sont connus ni de l’administration ni du collège. Où avez-vous rêvé ces pseudo-problèmes d’acoustique ?" Mais ses propos qui viennent ensuite tempèrent quand même un peu l’enthousiasme de la centriste démocrate. "Notre grande salle est à la pointe en cette matière et figure dans le top des meilleures salles. Mais il pourrait y avoir une inquiétude pour la salle Tambour. Il n’est pas aisé d’avoir une acoustique parfaite dans une salle cylindrique, une réunion doit encore avoir lieu pour s’adapter au besoin et rassurer tout le monde."

Pour Eerdekens, le non lancé en début de réponse par la députée n’est finalement pas si catégorique…

LEF