Le prévenu estimait avoir droit à son recommandé

 Le 4 février dernier, les esprits se sont échauffés à Spy. Un recommandé litigieux est à l’origine d’une gifle infligée à un facteur. Alors qu’il faisait sa tournée, Marc (prénom d’emprunt), explique avoir frappé à la porte de Jean (prénom d’emprunt) pour lui remettre un recommandé. N’obtenant pas de réponse, il a rédigé un avis de passage avant de terminer de livrer le courrier dans la rue. Quand il repasse devant chez Jean, celui-ci l’attend de pied ferme et l’accuse d’avoir rédigé l’avis de passage sans même avoir sonné à la porte. La tension monte et Jean se penche dans le véhicule du facteur pour saisir son recommandé. “J’ai été giflé et on m’a arraché le recommandé”, confie Marc

 L’avocat du prévenu invoquait la légitime défense pour réclamer l’acquittement. “Pourquoi le facteur dit-il avoir frappé à la porte alors qu’il y a une sonnette ? Mon client explique avoir été saisi par le facteur et avoir donné cette gifle pour se dégager, comme un geste de défense. Le prévenu a ensuite jeté ses lunettes au sol, elles ont été brisées. Après quoi le facteur est resté là en attendant la police, et faisait des doigts d’honneur depuis sa camionnette.

Ce lundi, le facteur a été acquitté. La légitime défense été retenue.