Les faits pour lesquels un jeune homme né en 1987 a comparu ce lundi matin devant le tribunal correctionnel de Namur et pour lesquels il a effectué un mois de détention préventive étaient initialement qualifiés de tentative de meurtre. Ils ont été requalifiés en coups et blessures volontaires. Une entrave méchante à la circulation et des menaces lui sont aussi reprochées.

Tout commence par un dépassement réalisé par le prévenu sur la partie civile à quelques kilomètres de Biesme, le 11 juillet 2018. Un dépassement jugé dangereux. Le conducteur dépassé, né en 1989, dit avoir dû freiner pour éviter une collision.
Mécontent de cette manœuvre, ce dernier, à bord de sa Golf 7, aurait poursuivi l’autre conducteur au volant de sa Mini Cooper sur plusieurs kilomètres. Il l’a dépassé et est sorti de son véhicule pour s'expliquer, mais le conducteur de la Mini a pu s’enfuir. « Il voulait le semer et roulait à 180km/h dans les petites routes », explique son avocat.

A un feu rouge de Biesme, le conducteur de la Golf est à nouveau sorti de son véhicule. « Sans arme et pas de manière agressive, selon plusieurs témoins », précise la partie civile. Il n’a toutefois pas eu le temps de dire quoi que ce soit. Le conducteur de la Mini a démarré et l’a percuté. « Il a dû s’accrocher au capot pour ne pas passer sous le véhicule. Il en a été éjecté dans le virage. » L’auteur des faits a pris la fuite. La victime a quant à elle souffert de fractures aux jambes et a été prise en charge par des témoins.

Ce lundi matin, la défense a plaidé l'acquittement et a mis en avant « l’émotion vive. » « Il n’a pas fait de queue de poisson. Un dépassement rapide n’est pas une entrave méchante à la circulation. S’il ne l’a pas poursuivi, comment a-t-il réussi à s’arrêter deux fois alors que mon client roulait à 180km/h ? Il devait se douter qu’il allait lui faire peur. »
Jugement le 19 avril.