Namur

Un médecin légiste et le médecin urgentiste intervenu le 6 février 2018 dans le centre Fedasil de Pondrôme (Beauraing) sont venus témoigner mercredi matin devant la cour d'assises de Namur. Alpha Diallo est accusé d'avoir tué un jeune demandeur d'asile afghan, Amer Molakhel, avec une paire de ciseaux. Le médecin urgentiste a souligné qu'il était arrivé sur place après l'ambulance des pompiers de Beauraing. "Il neigeait ce jour-là", a-t-il rappelé.

Les ambulanciers ont trouvé la victime en arrêt cardiaque et ont directement entamé une réanimation cardio-pulmonaire. Le médecin du SMUR a placé un drain thoracique pour éviter un éventuel pneumothorax. La victime a ensuite été conditionnée pour un rapide transfert vers les Cliniques universitaires de Mont-Godinne, mais elle est décédée à peine installée dans l'ambulance.

Lors de l'autopsie du corps, le médecin légiste François Beauthier a relevé une plaie thoracique au niveau du cœur qui a percé le ventricule gauche, d'où une perte hémorragique de plus de trois litres, a-t-il expliqué. Le coup de ciseau a été porté de haut en bas, a aussi noté le médecin.

Deux jours après les faits, le légiste a également examiné l'accusé, Alpha Diallo. Il n'a pas relevé d'ecchymoses, ce qui parait étrange à l'écoute des témoins directs de la scène, réfugiés et employés du centre Fedasil.