Namur Une altercation entre Russes et Africains a fait mal ce jour-là

Le parquet de Namur a réclamé jeudi devant le tribunal correctionnel de Namur une peine de prison de 18 mois et 50 euros d’amende à l’encontre de 3 prévenus russes en séjour illégal pour des coups et blessures volontaires. Ceux-ci sont dans les conditions pour bénéficier d’un sursis.

Les 3 prévenus se baladaient au parc Louise-Marie le 1er juillet dernier vers 21h40 lorsqu’ils se sont dirigés vers un groupe d’Africains d’une dizaine de jeunes pour leur demander un joint. Ceux-ci ont refusé, la tension est montée et une bagarre a éclaté. Un jeune mineur né en 2002 a reçu plusieurs coups, dont un coup de couteau sur le flanc gauche. Des témoins rapportent l’avoir vu se munir d’une planche de 50 centimètres pour frapper les Russes.

Lors de l’instruction d’audience, les prévenus ont nié être les auteurs du coup de couteau et ont précisé qu’ils n’étaient pas porteurs de ce type d’arme au moment de l’altercation et qu’ils ont simplement voulu prendre la fuite après avoir été agressés par la bande de jeunes. Les témoins présents disent ne pas avoir vu qu’un coup de couteau avait été porté ce soir-là.

La substitut Seminara explique : "La victime dit s’être sentie agressée par la présence des 3 hommes. L’un d’eux aurait mis sa main sur la poche de son pantalon dans laquelle se trouvait son GSM et l’a repoussé mais celui-ci l’a agrippé. La victime s’est écroulée, inanimée au sol et aurait encore reçu des coups."

L’avocate du premier prévenu, qui précise que son client n’a pas donné de coup de couteau, réclame la suspension simple du prononcé de la condamnation pour son client, estimant que sa réaction, à savoir avoir porté des coups de pied et de poing, était proportionnelle à l’agression subie. L’avocate du second prévenu réclame son acquittement, sa participation à la rixe n’étant selon elle pas établie. Le troisième prévenu était défaillant.

Jugement le 21 novembre.

JVE