Communément appelées "garderies", les périodes "extrascolaires" constituent un espace-temps différent et complémentaire à la vie familiale et à l’école. Proposer une bulle d’oxygène aux enfants et être à l’écoute de leurs besoins apparaît aujourd’hui comme essentiel. Dans ce contexte, la Ville de Namur Ville s’engage dans un projet pédagogique de l’Accueil Temps Libre, intitulé NAM’EXTRA, harmonisé pour toutes les écoles communales. "Il y a 22 implantations scolaires et pour l’instant quasiment autant de systèmes différents, il n’y avait rien de cohérent", explique l’Échevine de l’Éducation Patricia Granchamps. "Ce projet est l’aboutissement d’un an et demi de travail mais cet inventaire était nécessaire. On constate que sur les 4.300 élèves, 30 % d’entre eux restent à l’école après les cours."

Concrètement, l’enfant doit être au centre de ce temps libre. Il peut choisir de se bouger ou de se poser. Des activités sont proposées mais ne sont pas imposées. "Cela demande de l’écoute de la compréhension et de la communication. Les accueillantes seront formées. Une reconnaissance par l’ONE sera gage de qualité mais entraînera aussi des obligations. Il y aura un encadrant pour 18 enfants en temps normal et 12 le mercredi. On vise une stabilité de l’emploi, avec 50 % de contrats de travail pour éviter les nombreuses rotations actuelles. Des agents d’éducation seront également engagés."

Un nouveau système de tarification uniformisé sera mis en place. "Il en coûtera aux parents 0,01667 euro à la minute (soit 1 euro de l’heure). Cela signifie maximum 2,25 euros par jour (de 15h45 à 18h) alors que certains payaient 3,83 euros actuellement. Quant au tarif social (0,01070 euro à la minute), on s’est calqué sur l’école de Velaine qui pratiquait les prix les plus bas."

La Ville espère recevoir des subsides de l’ONE pour un montant de 170.000 euros. Ce nouveau projet devrait donc coûter 350.000 euros par an à la commune. NAM'XTRA débutera lors de la prochaine rentrée scolaire.

Grégory Piérard