Pauline Nissen avait 16 ans à peine lorsqu’elle a sorti son premier livre en néerlandais, Néerlandais Recap 1.

Pauline Nissen, 17 ans, s’est découvert une passion pour le néerlandais à 12 ans, alors qu’elle était inscrite en immersion aux Sœurs de Notre-Dame (Namur). "J’étais embêtée parce que, dans les livres de cours qu’on utilisait, je n’arrivais pas à m’y retrouver et je ne savais pas ce que je devais étudier", se souvient-elle. C’est donc à la fin de sa première année secondaire qu’elle a commencé à rédiger son premier manuel pour apprendre le néerlandais.

"La rédaction, la correction, la prise de contact avec des éditeurs et les conseils de mes profs : tout cela m’a pris trois ans, et le livre intitulé Néerlandais Recap 1 est sorti aux éditions du Gai Savoir quand j’avais 16 ans. Au début, on l’a testé dans mon école, puis maintenant une quinzaine d’écoles l’utilisent pour enseigner le néerlandais aux débutants, qu’ils soient ados ou adultes", raconte-t-elle fièrement.

Aujourd’hui , Pauline travaille sur un autre manuel, accompagné de vidéos, qui sortira à la rentrée prochaine : Op weg naar (Vla) anderen. "Au-delà de la langue, on n’apprend pas assez de la culture flamande. Donc je me suis dit que j’allais écrire un manuel où l’on apprend le néerlandais à partir des métiers et des villes."

Pour ce faire, Pauline a passé son été à rencontrer des Flamands de tous horizons. "On dit parfois qu’ils sont méfiants vis-à-vis des francophones, mais je les trouve accueillants et bienveillants au contraire", témoigne la rhétoricienne qui a été interviewée plusieurs fois par des médias flamands. "Ce n’est pas tant mon jeune âge que le fait que je sois wallonne et que j’écrive en néerlandais qui attire leur attention", relève-t-elle.

Ses activités dans l’édition lui ont permis de faire des rencontres extraordinaires. "J’ai eu l’occasion de présenter mon livre au prince Laurent lors d’une conférence des Young Change Makers notamment. Mais aussi des bekende Vlamingen (Flamands connus) comme un joueur de foot ou un auteur de BD qui ont accepté de me recevoir pour le deuxième livre".

Sa passion pour le néerlandais n’a pas faibli. Ainsi Pauline prévoit-elle d’étudier le management à Gand l’année prochaine, "afin que mon néerlandais soit plus courant et moins scolaire".