En cause: certains mariés depuis le confinement avaient prévu une petite fête

Le Collège communal et la cellule de crise communale suivent quotidiennement toute évolution de la situation et des attitudes adoptées par la population en réaction aux mesures édictées. "Les constats de terrain nous amènent à ajuster régulièrement les consignes données et à réviser nos décisions", explique le bourgmestre Maxime Prévot qui annonce plusieurs mesures et précise l'importance de respecter le confinement.

Les mariages prévus jusqu’au 4 avril sont finalement tous annulés et reportés. Il est fort probable que la mesure doive s’étendre au-delà de cette date, le confinement sera sans doute prolongé, mais la ville de Namur attend que le Conseil national de sécurité donne de nouvelles directives avant de se décider.

"C’est à regret que cette annulation des mariages civils est décidée, à la suggestion de l’Officier de l’Etat-civil, mais force fut de constater et amèrement regretter que sur les cinq couples ayant été unis samedi dernier, deux d’entre eux n’ont pas caché qu’ils avaient néanmoins prévu une petite fête discrète dans la foulée. Cette attitude est totalement contraire aux directives de sécurité sanitaire et nous ne voulons plus courir le risque que d’autres personnes, manifestement peu soucieuses de l’intérêt commun, ne soient tentées par le même genre de comportement."

Il est rappelé qu’il est interdit de réaliser des livraisons de fleurs ou de matériel de bricolage à domicile. Ce type d’initiative, ou d’autres similaires, contourne l’esprit des mesures de confinement.

Il est rappelé que les sorties pour s’aérer (balade ou pratique sportive) sont strictement limitées à son environnement proche. Il est donc recommandé de circuler uniquement dans son quartier et durant un temps raisonnable (une heure par exemple).

Par ailleurs, les réservations effectuées par des groupes de gens du voyage sur l’aire d’accueil de Lives-sur-Meuse sont annulées jusque fin avril. "De manière générale, et conformément à la circulaire du Ministre wallon des Pouvoirs locaux, la circulation de groupes de caravanes des gens du voyage est interdite sur le territoire en cette période où les déplacements sont strictement restreints et les rassemblements interdits."