La situation sanitaire est excellente dans les cinq maisons de repos gérées par le CPAS de Namur. « Un seul résident a été positif dernièrement et il s’agissait d’une entrée dans un de nos établissements », signale le président du CPAS Philippe Noël. « La circulaire prévoit un assouplissement des mesures, dès lors que 80% des résidents ont été vaccinés depuis dix jours. Nos cinq sites répondent à ce critère, si ce n’est que le « Grand Pré » ne recevra la deuxième dose que ce 27 février et devra encore patienter un peu. Les visites seront désormais libres (ndlr : les deux mêmes visiteurs pendant 15 jours), c’est-à-dire sans réservation mais nous tiendrons malgré tout un registre d’inscriptions pour le tracing, s’il y a résurgence du virus. Les visiteurs déclareront aussi sur l’honneur ne pas en être porteurs et ne pas avoir de symptômes qui laisseraient supposer qu’ils sont positifs. C’est un soulagement de pouvoir de nouveau autoriser les promenades et les activités en extérieur. Les résidents pourront surtout avoir des contacts étroits avec leurs proches et leur faire des câlins (il sourit). » 

Pour aller encore plus loin dans le relâchement, le GEMS (Groupe d'Experts de stratégie de crise pour le Covid) recommande que 90% des résidents soient vaccinés mais surtout que 70% du personnel le soit également. Et c’est là que cela coince. « Pour l’instant, on oscille entre 45 et 75%. Deux maisons de repos sur cinq répondent à ce double critère. Pour les trois autres, nous devons continuer à sensibiliser. Les membres du personnel savent ce qu’il leur reste à faire s’ils veulent par exemple un jour rentrer dans une chambre sans maque et voir tout simplement leurs conditions de travail se simplifier. »