Depuis 2017, la Ville de Namur fait appel à des artistes de la région pour égayer les chantiers qui rythment le quotidien des Namurois et Namuroises. « Les Miniboys » ont inauguré cette Dynamique de chantier avec leurs photomontages décalés. Objectif ? Retrouver un peu de douceur et de couleur dans un monde de marteaux piqueurs !

En 2020, la Ville récidive en confiant à quatre artistes le soin de revisiter deux œuvres emblématiques du pôle muséal Les Bateliers : un tableau du Musée des Arts décoratifs (« le portrait du petit Comte ») et une statuette du Musée archéologique (« le chien de Marguerite »). Résultat ? Des créations colorées empreintes de fantaisie à découvrir sur le cheminement de la Confluence !

Portrait du petit Comte

Il s’agirait de Jacques-François de Groesbeeck, père du fondateur de l’hôtel de Groesbeeck, aujourd’hui Musée des Arts décoratifs. La peinture date de + 1675. On pense souvent qu’il s’agit d’une petite fille, sans doute à cause des plumes, du collier et de la robe en tulle. A l’époque, on ne différenciait pas vraiment les petits garçons et les petites filles. On mettait une robe aux enfants pour des raisons pratiques. Ce portrait ornera la chambre du petit comte lorsque cette pièce sera restaurée.

Figurine de chien en terre cuite

La statuette provient d’une tombe contemporaine du règne de Néron (54-68 après J.-C.) découverte par la Société archéologique de Namur en 1894 à Rognée. Cette figurine de chien est à la fois jouet et symbole protecteur. Parfois, elle accompagnait son propriétaire dans l’au-delà. Nous l’avons baptisé le chien de Marguerite en référence à l’écrivaine Marguerite Yourcenar qui évoque, dans son livre « Souvenirs pieux », ce petit chien très gras, au museau bête, genre chienchien à sa mémère, découvert lors d’une visite au Musée archéologique de Namur !

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR