Cette semaine, rue Patenier à Salzinnes, des capteurs ont été installés sous certaines places de stationnement. Ce dispositif innovant est un des équipements du Système de Transport Intelligent (STI) qui se déploie à Namur depuis plusieurs mois.

Les capteurs de stationnement font partie des équipements du STI, au même titre que les caméras ANPR, des bornes d’information aux voyageurs et voyageuses, des panneaux à messages variables ou des capteurs de la qualité de l’air.

L’objectif des capteurs du stationnement est de connaître l’état d’occupation des places de stationnement afin d’informer les usager·ère·s de la route, d’une part ; et, d’autre part, de produire des statistiques d’usage des places de stationnement afin de mieux comprendre le comportement de stationnement (rotation, pourcentage d’occupation…). Comme toujours, les outils du STI remplissent cette double mission d’informer les usager·ère·s et de collecter de l’information nécessaire à l’analyse de la mobilité sur l’ensemble du territoire.

Stéphanie Scailquin, échevine en charge de l’Urbanisme, de l’Attractivité urbaine et de l’Emploi explique : "Ces capteurs ne sont pas là pour remplacer les agent·e·s s de la brigade du stationnement ! Ils ne seront pas utilisés pour facturer ou contrôler le stationnement, si ce n’est indirectement via l’analyse des statistiques afin de détecter éventuellement des situations globalement problématiques qui nécessiteraient des vérifications par le service Gestion du Stationnement.En réalité, les capteurs fournissent des données entièrement anonymes. Ils ne peuvent détecter que la présence ou l’absence d’un véhicule et calculent des durées de stationnement."

Discrètement inséré dans la voirie, le capteur est un boitier noir d’un peu plus de 10 cm de haut et de diamètre. Au total, 230 capteurs seront installés sur l’ensemble du territoire, dans des endroits identifiés selon différents critères. On en retrouvera une petite centaine sur des places PMR, dans la corbeille et les environs. Il s’agit de places à usage « non privatif ».  On en retrouvera sur d’autres places non-PMR, rue de fer, rue Patenier, rue de l'Ange. 

« Ces capteurs contribuent à l’attractivité d’une zone commerciale : une plus grande rotation dans l’occupation des places, une vision meilleure des disponibilités, une plus grande prévisibilité vont rendre le stationnement plus confortable pour les client·e·s. Pour la dynamique du centre-ville ou d’une artère commerciale comme la rue Patenier, ces capteurs vont aussi nous fournir des données objectives précieuses. Ces capteurs rendent aussi le centre-ville plus accessible, il est désormais possible de connaitre la disponibilité en temps réel d’une place PMR place de l’Ange. C’est un outil pour lequel j’ai particulièrement insisté, convaincue de son utilité. Cela peut permettre de se déplacer au bon moment ou éviter de tourner pour trouver une place, cela supprime donc du trafic inutile et, comme tout est facilité, cela apporte de la bonne humeur. » conclut Stéphanie Scailquin